Menu

Interview exclusive du co-fondateur d'African Women Rising

Interview de Tom Cole Co-fondateur d'African Women Rising et Activiste Humanitaire

FELCO: Vous avez plus de 20 ans d'expérience dans l'agriculture durable, le développement communautaire et les programmes de sécurité alimentaire, notamment en Afrique subsaharienne. Comment avez-vous commencé dans l'agriculture et les programmes de développement durable?

Tom Cole: J'ai commencé comme planteur d'arbres volontaire au Mozambique après la guerre en 1992. Après un an, ils m'ont demandé de diriger un programme agricole communautaire axé sur le gouvernement démobilisé et les soldats rebelles. Au cours de ces trois prochaines années au Mozambique, j'ai également obtenu mon certificat de conception en permaculture à Fambidzanai, le centre de recherche en permaculture du Zimbabwe. Ces expériences m'ont appris l'importance de la mobilisation de la communauté dans certains des environnements les plus difficiles que l'on puisse imaginer. Cette exposition précoce à la conception de la permaculture et à l'agroécologie m'a également permis d'acquérir une compréhension critique de la fertilité des sols et de la conservation de l'eau en tant que fondements du développement réel.

Au vu de votre parcours humanitaire, qu'est-ce qui vous a amené, Linda et vous, à créer l’organisation AWR?

Linda Eckerbom et moi nous sommes rencontrés à cette époque d'après-guerre au Mozambique. Elle avait travaillé avec des réfugiés en Angola et avait construit et dirigeait une école de formation professionnelle dans le nord du Mozambique, qui visait à donner aux jeunes les compétences nécessaires pour survivre et prospérer dans un environnement d'après-guerre. Nous avons tous deux passé quelques années après cela à travailler pour plusieurs organisations humanitaires et à les consulter, tout en continuant à développer nos propres compétences et capacités, pour finalement nous installer en Ouganda avec nos deux enfants, où j'étais basé en tant que conseiller agricole pour la région Afrique de Save the Children puis en tant que directeur de pays dans leur bureau en Ouganda.

Au fil du temps, nous avons constaté que plus ces organisations devenaient grandes, plus elles perdaient leurs liens avec les communautés qu’elles essayaient d'aider. Après un moment de réflexion, Linda et moi-même avons eu l'idée de créer une organisation basée sur les principes que nous avions appris plus tôt dans notre carrière. Douze ans plus tard, cette première idée a permis de mettre en place une organisation qui touche directement plus de 90 000 personnes dans le nord de l’Ouganda.

Qu'est-ce que la disponibilité des outils signifie pour les personnes participant au programme de permaculture en Ouganda?

Disposer des outils appropriés donne au personnel d’African Women Rising la confiance nécessaire pour effectuer son travail de la meilleure façon possible. Les outils sont une extension de leur identité professionnelle et leur permettent de tailler des arbres, de couper des arbustes et de gérer des jardins potagers avec un niveau de précision et de contrôle que beaucoup d’entre eux n’ont jamais connu auparavant. Ce partenariat avec Felco a donné à l'équipe une grande fierté dans leurs résultats et dans ce qu'elle tente de faire pour améliorer la vie des réfugiés et des autres personnes touchées par le conflit ou se relevant d'un conflit.

Pourquoi avez-vous choisi FELCO comme partenaire?

Je n'avais jamais pensé faire appel à une autre entreprise. J’ai utilisé les outils Felco tout au long de ma carrière professionnelle et c’est toujours ce avec quoi j’espérais équiper notre équipe agricole en Ouganda. Nous avions réussi à acheter des sécateurs pour le personnel technique expérimenté, mais nous n’avons jamais réussi à équiper l’ensemble de notre équipe agricole, car nos ressources limitées étaient consacrées à la construction de plus de jardins en permaculture et à la formation des communautés. Ce soutien et ce partenariat de Felco sont une chose dont je suis extrêmement fier, tant personnellement que professionnellement.

Pouvez-vous nous parler de votre première expérience avec les outils FELCO?

Après le Mozambique, j'ai passé trois ans en apprentissage puis en aidant à gérer une ferme biologique de 5 hectares en Californie. Mon mentor principal au Fairview Gardens, Michael Ableman, m'a appris l'art de tailler des arbres fruitiers: pêches, prunes, nectarines, abricots, pommes, poires asiatiques, figues, agrumes, mûres, cherimoyas ou encore avocats. Chaque saison, plusieurs centaines d’arbres devaient être taillés et pour cela il utilisait un FELCO 8, parfaitement entretenu, auquel s’ajoutait parfois sa scie FELCO pour la coupe du bois mort. Ableman a été le premier à m'enseigner l'importance d'utiliser un bon outil et c’est ainsi que j'ai eu la chance de recevoir mon premier FELCO 8 pendant que je travaillais avec lui. A présent, je possède 6 paires de FELCO, bien que j’ai conservé mon outil et mon étui d’origine, car je m’attèle depuis 23 ans à transmettre l’enseignement d’Ableman. Je porte souvent un sac de rechange lorsque je voyagee et que j’anime des formations en agriculture. C’est l’occasion de transmettre à des agriculteurs que j'ai rencontrés en chemin et qui n'ont pas l'accès ni la possibilité de posséder leur propre sécateur de qualité, de recevoir leur premier FELCO. Le FELCO 8 aide à présent des agriculteurs en Ethiopie, en El Salvador, au Mozambique, en RD Congo et en Ouganda. Avec le soutien de FELCO, nous avons maintenant 50 techniciennes agricoles africaines en Ouganda qui utilisent fièrement leurs outils FELCO.